Une ADHESION annuelle

Des PARRAINAGES

Des DONS simples, part importante et nécessaire de notre budget

Des SUBVENTIONS de fondations (Fondation Véolia Environnement, Fondation RATP) et d’entreprises (Cecopra, Jour, SYB Consulting, Linklaters)
Quels sont nos moyens financiers ?
Quels sont nos moyens humains ?
Colette Battistini, notre Présidente, qui vit six mois par an en Inde et est présente quotidiennement au bidonville,

Trois institutrices indiennes qui travaillent quotidiennement au bus et au Day Care et qui sont aidées par d’autres salariés (gardien, cuisinière, femme de ménage, professeurs),

Des bénévoles en Inde : des amies françaises venant pour 15 jours ou 3 semaines aider Colette et les institutrices, des amies françaises domiciliées à Bombay et très souvent des étudiantes,

Des bénévoles en France.

Les formulaires sont téléchargeables dans la rubrique « Parrainage, don & adhésion »

Quels sont nos moyens matériels ?

Depuis près de 10 ans, ce vieux bus vidé de ses sièges et de son moteur, accueille tous les jours, le matin entre 30 et 50 petits enfants de 2 à 7 ans venant du bidonville de Jamrushi Nagar à Bombay. C’est donc un Balwadi c'est-à-dire une « maternelle garderie ».


Une maîtresse y enseigne la lecture et l'écriture en hindi et marathi mais aussi des rudiments d’anglais.

1 à 2 heures donc d’enseignement puis 1 heure de jeux ou d’activités sans oublier, vers 13 h, juste avant le départ des enfants, la distribution de biscuits protéinés, de fruits et de jus de fruits.


Chaque fois qu’il est possible, sont célébrées au bus les fêtes de toutes les religions : Diwali, Noël, l’Aïd, la fête de Ganesh avec à cette occasion, des décorations, de la musique, des petits cadeaux, des friandises et des boissons.

Le confort y est très succinct … : une petite citerne d’eau potable remplie tous les matins pour désaltérer un peu les petits car, malgré les quelques ventilateurs tournant grâce à un générateur, la chaleur dépasse souvent les 40 degrés sous la toiture en zinc !
Pas de toilettes bien sûr mais les petits enfants du slum ont l’habitude d’aller dans les bosquets alentour !

La présence de ce bus est très importante pour les familles du bidonville car il permet aux mères de déposer leurs petits enfants le matin et de partir travailler. Il permet aussi à beaucoup de grandes sœurs aînées de pouvoir aller à l’école pendant que leurs petits frères et sœurs sont gardés en sécurité dans le bus.

Le bus sert aussi le lundi matin à Colette et Sharda de lieu de permanence pour accueillir les familles notamment pour se mettre d’accord pour le choix de l’école.
C’est aussi le point de rencontre quand un bénévole emmène un petit malade ou un parent dans un hôpital pour des examens et c’est là aussi qu’on vient demander une aide urgente pour l’alimentation quand, pour un grave problème de travail, la source des rentrées d’argent vient à se tarir !

Les frais de fonctionnement sont actuellement d’environ 200 euros par mois : salaires de la maîtresse et de la femme de ménage, achat des produits d’entretien, transport quotidien (pour éviter le vol) du générateur et achat de pétrole pour le faire tourner vaille que vaille, achat de l’eau, des fruits et des biscuits tous les jours sauf dimanche et enfin achat de toutes les fournitures nécessaires aux activités …
Très vite après la création de l’association UTAB, s’est imposée l’idée qu’il fallait pouvoir accueillir pendant la journée certaines des fillettes parrainées dans un local propre et aéré.

Il faut savoir en effet qu’en dehors des heures scolaires, certaines de nos filleules sont très esseulées et sont donc peu enclines à faire leurs devoirs, sont seules à la merci d’ennuis parfois graves et, de plus, sont obligées d’attendre le retour de leurs mères en toute fin de journée pour prendre un repas.

Nous avons décidé d’ouvrir un centre d’accueil et de protection « Day Care Center » pour une bonne
trentaine de nos filleules parmi les plus vulnérables dans le bidonville.

Ce ne fut toutefois pas chose facile de trouver ce local.

Nos recherches se sont portées d’abord vers des locaux à vendre mais après plusieurs tentatives d’association avec des ONG indiennes qui auraient servi de relais auprès des autorités pour une telle acquisition, nous avons compris que seule une location serait possible.
Il fallait en effet trouver un local assez grand et ce n’était pas envisageable financièrement. La législation indienne régissant la propriété s’avérait en outre complexe pour une association étrangère comme la nôtre.
Fin Novembre 2010 enfin, une occasion s’est présentée et notre présidente a pu signer un bail de location avec les propriétaires indiens.
Grâce au soutien financier de la Fondation Véolia Environnement, ont été immédiatement entrepris de gros travaux de rénovation (toiture, fermetures, peintures, cuisine et salle d’eau) et d’aménagement (bureaux, ordinateurs, cuisine moderne).
Les soutiens financiers de la Fondation de la RATP, de la Fondation Ferrero et d’entrepreneurs (Jour, Cecopra, SYB Consulting, Linklaters) nous permettent également de faire face aux premières dépenses d’équipement et de fonctionnement du Day Care.

Depuis début janvier, nous accueillons donc dans ce local une bonne trentaine de filleules qui devaient être particulièrement entourées.
Le centre est ouvert 6 jours par semaine, de 9h00 à 18h30 environ et fonctionne pour deux groupes par jour en complément des horaires d’école. Les fillettes peuvent y faire leurs devoirs avant de partir à l’école si elles viennent le matin, après l’école si elles viennent l’après-midi.
Pour le déjeuner, toutes reçoivent un repas servi par la responsable du centre mais préparé à l’extérieur et livré par une cuisinière que nous salarions. Les fillettes peuvent prendre une douche et recevoir des médicaments si elles sont en soins de longue durée notamment.
Elles peuvent aussi y recevoir les cours de soutien scolaire (tuitions) et commencent à bénéficier de cours d’anglais et d’informatique.

Les frais de fonctionnement du Day Care centre peuvent être estimés à 1500 euros par mois : loyer et charges du local, rémunération des différents salariés (institutrices, professeurs, cuisinière, gardien, femme de ménage) achat de la nourriture, produits d’entretien et fournitures scolaires pour les activités du centre.

LE BUS

DAY CARE CENTER